Présentation

Présentation globale de la commune

COULOUMÉ-MONDEBAT a, comme d’autres communes, la particularité d’être composée de plusieurs entités bien distinctes, 3 pour être précis : BIÈRES à l’Est, COULOUMÉ à l’Ouest et MONDEBAT au Sud. Chacun étant distant de l’autre d’environ 3,5 kms.

Une population actuelle de 196 habitants répartis à 23% sur Bières, 32% sur COULOUMÉ et 45% sur MONDEBAT.

La population est comme partout vieillissante avec 25 personnes de plus de 80 ans.

Les résidents étrangers, anglais, belges, hollandais, suisses, représentent près de 20% de la population totale du village.

Sur les 20 dernières années la commune a perdu près de 50 habitants soit 20% passant de 243 en 1999 à 196 en 2018. Depuis 2012, la population reste stable oscillant entre 195 et 200 résidents.

La commune est sillonnée de 21 kms de routes communales et traversée par 3 départementales :
-RD 37 venant de PLAISANCE vers LUPIAC et passant MONDEBAT et BIÈRES
-RD 126 venant de LOUSSOUS-DÉBAT et passant par COULOUMÉ et MONDEBAT
-RD 131 venant de LASSERADE et passant par COULOUMÉ et BIÈRES (rejoint la RD 37)

Entourée par AIGNAN au Nord, LOUSSOUS-DÉBAT au Nord-Ouest, LASSERADE à l’Ouest, BEAUMARCHÈS au Sud-Ouest, LOUSLITGES au Sud, PEYRUSSE-VIEILLE au Sud-Est, SAINT-PIERRE D’AUBÉZIES à l’Est et CASTELNAVET au Nord-Est.

Délimitée par le MIDOUR et la RIBERETTE et le ruisseau de PÉLANNE et arrosée par l’ESCUT et le MIRADOUX, et par les ruisseaux de BASTA et du REY entre autres.


Un peu d’histoire :

Jusqu’en 1829, COULOUMÉ et MONDEBAT étaient deux entités distinctes. 
Dès le début de la révolution, COULOUMÉ (alors dénommé PARIS-COULOUMÉ) avait rejoint BEAUMARCHÈS. C’est d’ailleurs BEAUMARCHÈS qui fit construire le presbytère de COULOUMÉ.

En 1820, MONDEBAT aurait dû disparaître car n’ayant pas 400 habitants et 100 francs de revenu cadastral, ce qui était la règle à l’époque.

Le comte de MONTAGUT, soutenu par l’abbé de MONTESQUIOU, ancien ministre de l’intérieur et familier du château de COULOUMÉ, fit les démarches nécessaires pour la création d’une commune dont le centre serait à COULOUMÉ. Il eut gain de cause en 1829.

Une nouvelle commune fut créée et prit le nom de COULOUMÉ-MONDEBAT à laquelle est venu se rattacher le hameau de BIÈRES. Donc nouvelle commune en 1829, acte précurseur et avant-gardiste des orientations actuelles en matière de regroupement de communes.

Cette nouvelle commune comptait plus de 940 habitants à sa création pour aujourd’hui 196 (au dernier recensement), s’étend sur 22,9 km², culmine à une altitude entre 122 et 245 mètres.

Le premier maire de cette nouvelle commune fut le Comte de MONTAGUT. Durant le XIXème siècle et après, il y eut, entre autres choses, à entretenir 2 presbytères, 2 églises et une chapelle et la construction de 3 écoles : 1846 à COULOUMÉ (école et maison commune), 1887 à MONDEBAT et 1933 à BIÈRES.

Le château de COULOUMÉ, fleuron de la commune, passera des MONTAGUT au De CASSAGNAC en 1881 (une partie en 1838 et le reste en 1881), puis au Général BRUTINEL en 1953 avant d’être racheté par la ville d’ISTRES en 1984 qui en fera un centre de vacances.




Deux châteaux :

  • ARLENS à MONDEBAT du XVIIème rebâti au XIXème, confisqué au profit de la NATION en 1792. Actuellement propriété de ressortissants anglais (chambres d’hôtes)
  • COULOUMÉ, à l’origine du XIVème/XVème, se nommait château de RAMBOS. Reconstruit au XVIIème et XVIIIème, il prend le nom de château de COULOUMÉ en 1816. Actuellement propriété de la ville d’ISTRES depuis 1984, devenu centre de vacances.

Deux églises, une chapelle, trois cimetières :

  • Église de COULOUMÉ XVIIIème et son cimetière,
  • Chapelle de BIÈRES XVIIème et son cimetière,
  • Église de MONDEBAT XIIème siècle mais plusieurs fois remaniée à diverses époques et son cimetière.

Deux presbytères :

  • COULOUMÉ : vendu à un particulier en 2019 qui le rénove
  • MONDEBAT : transformé en foyer rural puis en mairie en 2017

Trois écoles :

  • Ancienne mairie école de COULOUMÉ vendue en 2018
  • Ancienne école de BIÈRES Bièrécole vendu en 2 lots en 2015 et 2016
  • Ancienne école de MONDEBAT Mondécol, logement communal.

Activités économiques :

Sur le plan économique, beaucoup de maisons et chambres d’hôtes, quelques pensions de chevaux, un poney-club, activités principales : agriculture, élevage (bovin, canard, chèvre, …), viticulture, quelques auto-entrepreneurs, quelques artisans.

En matière d’exploitants agricoles, le plus grand nombre réside hors commune.

La perte de la prime ICHN (indemnité compensatoire de handicap naturel) a eu un impact.


Plusieurs associations :

        -Comité des Fêtes,
        -Amicale Bouliste,
        -Société de chasse
        -Yoga tous les vendredis après-midi
        -Association Collines en Scènes pour la promotion du théâtre en milieu rural qui a maintenu son festival annuel en 2020 en respectant les mesures prophylactiques et permis un minimum d’animation dans cette période morose.
        -Et tout dernièrement une chorale qui réunit chaque semaine plus de 20 participants et participantes et qui se nomme « Collines Enchantées »


Réalisations :

On peut citer la création du logo et du blason de la commune qu'arborent désormais tous nos documents officiels, mais aussi la création de ce site internet où chacun peut prendre connaissance des événements qui se déroulent dans la commune, et dernièrement la création d'une page Facebook dédiée à la commune et ouverte à tous (Commune Couloumé Mondebat Bières | Facebook).

Hormis les engagements réguliers en matière d’entretien de la commune, récemment réfection du toit de l’église de COULOUMÉ et remaniement de celui de la chapelle de BIÈRES.
-Vente du presbytère de COULOUMÉ. Son entretien nous coûtait plus que ce que nous rapportait la location.
-Vente de l’école de BIÈRES et vente de l’ancienne mairie-école de COULOUMÉ.
-Transfert de la mairie de COULOUMÉ à MONDEBAT de manière à créer un centre-bourg, et rapatriement du monument aux morts à MONDEBAT.
-Travaux de rénovation de l’ancien foyer rural et transformation en mairie et construction d’une salle des fêtes en 2017.

Le projet d’agrandissement de la salle des fêtes étaient vieux d’une trentaine d’années. Il aura fallu l’arrivée dans le conseil municipal d’éléments non originaires de la commune, à savoir mon prédécesseur et moi-même pour que ce projet voit enfin le jour.
Jusque-là, bien que validant la nécessité du projet, la prise de décision était toujours remise aux calendes et la concrétisation reportée. Venant, lui du monde militaire et moi-même du monde hospitalier, nous étions rompus à l’exercice de la mise en action immédiate des décisions prises en amont.

Cependant, aujourd’hui encore, après plus de 5 ans, certaines rancœurs sont toujours présentes, reprochant à la municipalité d’avoir déposséder Couloumé de sa mairie et de son monument aux morts, certains habitants de COULOUMÉ boudent manifestations ou cérémonies organisées ou proposées dans les nouveaux locaux. De vieilles et sempiternelles querelles dont les origines remontent à la création de la commune où les registres de l’époque mentionnent déjà des différends et des discordes. Par exemple le nombre de conseillers faisait régulièrement débat au travers de joutes oratoires mémorables (6 pour COULOUMÉ, 5 pour MONDEBAT).

Je me plais à croire que si UDERZO et GOSCINNY étaient toujours vivants, ils porteraient les aventures d’Astérix dans notre commune comme ils l’ont fait pour la Corse. 

D’autre part, cette aventure fait mentir le grand MONTAIGNE qui disait : « ce que le Français ne peut atteindre, le Gascon y arrive sans peine ! »
En effet, concernant la salle des fêtes, il aura fallu qu’un Alsacien et un Lorrain s’emmêlent là où les Gascons échouaient.

FORT Pascal